Retour sur le festival I Love Transmédia du 29 septembre au 2 octobre 2016 à la Gaité Lyrique

Se tenant comme chaque année au début de l’automne, le festival I love Transmédia a comme point d’honneur « de rendre compte des transformations en cours dans le domaine culturel, les observer, les décrypter [et] les faciliter ».

Effeuillage et I Love Transmédia partageant ce souci d’analyser les mues médiatiques, les Effeuilleurs ont assisté pour vous au festival.

Comme le souligne Jérôme Pouilloux, président de la Transmedia Immersive University, l’association à l’origine du festival, l’édition qui se tenait l’année dernière en 2015 aurait dû « sonner comme une étape de maturité de l’industrie » en fêtant les 10 ans de la webcréation. Mais force est de constater que de nombreux défis restent à relever en termes de création de contenu et de mise en valeur d’un patrimoine français qui peine à s’imposer dans ce monde numérique. Mettre en valeur les transformations technologiques des médias et les usages et créations de contenus qui en découlent est donc un objectif qui reste essentiel cette année encore.

La programmation 2016 reflète ces problématiques lors de ces quatre jours dédiés en mettant l’accent sur les enjeux de la création française à l’heure où interactivité, réalité augmentée ou virtuelle permettent de repenser les façons de consommer et écrire des produits culturels.

Au programme, cycles de conférences, exposition de projets transmédias, expériences de réalité virtuelle, webséries, concerts augmentés et livres interactifs.

I Love Transmédia

Rendez-vous annuel dédié aux écritures innovantes et interactives, cet événement présente aux professionnels et au grand public les dernières évolutions en matière de contenus culturels à l’heure du numérique.

La Gaïté Lyrique

Anciennement théâtre de la Gaîté, salle de spectacle parisienne reconvertie en centre culturel consacré aux cultures numériques sous toutes leurs formes : concerts, expositions, conférences, rencontres, projections etc.

Découvrez l’analyse de la table ronde intitulée « Service public vers une nouvelle jeunesse »

Animée par Louis-Cyrille Trébuchet (consultant lct:c, transformation digitale dans les médias et industries culturelles)

Avec :

Margaux Missika

Productrice chez Upian et présidente de l’associationPXN, Producteurs d’Expériences Numériques

Baptiste Lorber

Auteur, réalisateur et comédien français pour la chaîne Youtube Bapt&Gaël et le Studio Bagel.

Pauline Augrain

Responsable de la création numérique au CNC.

Julien Pain

Rédacteur en chef des modules nouveaux formats et mobile first chez Franceinfo.

Gilles Freissinier

Directeur du Développement Numérique chez ARTE France

Le point de départ de la conférence :

“Alors que l’ombre fantomatique de la crise tous azimuts conduit plus que jamais la France, et plus largement l’Europe, à penser la culture du point de vue de la compétitivité de ses acteurs, le service public peine à se redéfinir. Légitimité  de la redevance, mue numérique pour répondre aux nouveaux usages, les enjeux économiques et sociaux sont de taille. Sur le web ou ailleurs, la culture est-elle toujours une marchandise différente des autres ?”

Le nouveau public né d’Internet
Le rôle polémique des majors du web
Un service public des Internets?