Effeuillage au Paris Podcast Festival 2018

Le 21 octobre 2018 s’est achevée la deuxième et dernière journée du Paris Podcast Festival à la Gaité Lyrique, centre d’arts numériques et de musique moderne dans le 3ème arrondissement de Paris. Conférences, enregistrements en public, masterclass, ateliers, rencontres : une première édition qui a rencontré un grand succès à l’image de la popularité grandissante du podcast.

Le podcast natif, nouvel objet du digital

« C’est pas de la radio, c’est du podcast », était un des slogans que l’on pouvait lire sur les murs de la Gaité Lyrique. En effet, le Paris Podcast Festival mettait à l’honneur les productions de podcasts natifs : contenus conçus, produits et diffusés uniquement en ligne, à la différence du podcast de radio, qui permet de rattraper une émission n’ayant pas pu être écoutée lors de sa diffusion. A l’initiative de l’association « les écouteurs1 », l’objectif de ce festival était de faciliter la rencontre entre auditeurs·trices et podcasteur·euse·s, autant pour faire découvrir leurs productions à un plus large public que pour les faire résonner avec d’autres et initier des débats et discussions sur leur contexte de création et les moyens mis à disposition.

Trois jours de festival et une fréquentation accrue qui confirme que le podcast est « tendance ». Il s’impose de plus en plus comme un format attractif et qui ne cesse d’évoluer. Cependant, comme le rappelle Thibault de Saint Maurice, co-créateur du festival, il reste tout de même très fragile et ce type de rendez-vous permet justement d’accompagner cette éclosion en regroupant les différent·es acteurs·trices qui participent au développement de la création de podcast. Le secteur a besoin d’être structuré, et pour sa pérennité, certaines règles ont peut-être besoin d’être posées ; financement et monétisation du podcast natif, audiences captives et rôle des marques, visibilité sur internet, etc… autant de thèmes traités ces 19, 20 et 21 octobre, sous forme de tables rondes pour accompagner la création de nouveaux contenus dans cet écosystème florissant.

Le podcast a donc un incontestable succès, il est largement consommé individuellement, tout en rassemblant et en fédérant une nouvelle communauté. Selon une étude Médiamétrie (avril 2018), 4 millions de Français-es écoutent des podcasts radio chaque mois. Le partage et les recommandations de podcasts entre communautés deviennent de plus en plus commun ; des rencontres virtuelles sur les réseaux sociaux à travers des groupes spécialement créés pour ces échanges ou physiquement lors de rendez-vous initiés par des membres de ces communautés. Le podcast a également motivé les écoutes collectives, qui de prime abord, peuvent paraître insolites, mais s’avèrent plutôt agréables et plébiscitées. Cette pratique intime et solitaire devient alors un moment de partage que l’on prend ainsi plaisir à commenter par la suite. Arte Radio qui en est à son 50ème goûter d’écoute est un des précurseurs en la matière et réunit chaque premier dimanche du mois ses auditeurs.trices autour de leurs nouvelles productions à la Maison de la poésie à Paris. Ce weekend-là, à la Gaité Lyrique, c’était une dizaine de séances inscrites au programme auxquelles nous pouvions assister ; Calls, Plan Culinaire (Louie Média), Hors Limite (Binge), ou encore, un épisode inédit de Transfert, le podcast de Slate.fr.

Un festival qui célèbre la jeune création

C’est une jeunesse dynamique et curieuse de nouvelles découvertes sonores que l’on a pu observer autant dans le public que dans les intervenant.e.s. Parmi ces jeunes podcasteur·euse·s, nous avons rencontré Paul Decherf, qui depuis 2017 auto produit Version Standard, un podcast sur le jazz.

« Je travaillais, en plus de mes études comme rédacteur et programmateur sur une émission de TSF Jazz. J’aimais beaucoup ce qu’on y faisait, mais ça m’a donné envie de faire ma propre émission. Et progressivement, je me suis rendu compte que c’était possible en format podcast. J’ai eu envie de mener ce projet de A à Z. Conception, programmation, écriture, enregistrement, montage, création du site internet, communication : je me suis mis au défi de tout réaliser moi-même.

Version Standard c’est le podcast des morceaux qui racontent le jazz, une émission qui parle de Jazz à travers le prisme de ses « standards », c’est-à-dire ses morceaux les plus connus et les plus emblématiques. Chaque épisode parcourt une Histoire du Jazz en écoutant six versions très différentes d’un seul et même morceau. L’idée d’écouter plusieurs versions d’un même morceau vient de « La tribune des critiques de disque », une émission classique sur France Musique.

Pour ce qui est de la suite, mes projets ne sont pas encore totalement définis. Je préfère bien maîtriser le format pour le roder au maximum et je penserai peut être ensuite à le faire évoluer. J’ai quand même tenté deux petites expériences d’émissions en Facebook Live, une, tout seul sur « Round Midnight », et la deuxième sur un album de Miles Davis accompagnée de deux invités qui commentaient avec moi les morceaux et leur histoire. C’était un moyen de rendre le podcast un peu plus dynamique et d’intéresser de plus près les auditeurs.trices. »

Menant seul son projet de l’écriture à la diffusion, Paul Decherf illustre bien ce nouveau profil de podcasteur indépendant. Le format podcast se montre ici comme une pratique plutôt accessible, à condition bien évidemment, de maîtriser les rudiments de la prise de son et du montage.

Une première édition réussie avec plus de 45000 amateurs.trices qui s’est clôturée par la remise des prix de la compétition officielle présidée par Sarah Constantin, entourée de Geneviève Brisac, Thomas Baumgartner et Antarès Bassis qui a récompensé́ 7 podcasts, dont voici le palmarès :

Prix Scam du Podcast Documentaire (ex aequo) :

Julien Cernobori pour Vanessa enfer et contre tout, saison 3 de Super héros

Anouk Perry pour J’ai assisté à un gang bang, la délicatesse des gang bang

Prix SACD du Podcast de Fiction (ex aequo) :

Klaire fait Grr pour Mon prince viendra

Victoire Tuaillon pour Qui sont les conjoints violents ?, Les couilles sur la table – épisode 10

Prix Sacem de la Création sonore et musicale dans un podcast :

Adel Ittel El Madani pour I can’t breathe (Panic), Radio Parleur

Prix du podcast Francophone soutenu par le ministère de la Culture :

Gabrielle Brassard-Lecours, Yasha Wecker, Andre Goulet pour Harriet Keleutaq, Fil Rouge- épisode 2

Le Prix Audible du public (près de 4 000 votants) :

Camille Juzeau pour Face à face polaire avec Jérémie Villet, Les baladeurs épisode 1, Les Others

1 Association créée par Thibaut de Saint Maurice et Pierre Sérisier en septembre 2017 dans le but de faire connaître au grand public cette nouvelle culture de l’écoute portée par les podcasts natifs.

FLORE DAÏEN, étudiante du M2 Médias et Management - CELSA