LE WARM-UP

Lead-In & Lead-Out

En 2018, les Français ont passé en moyenne 3h36 devant leur télévision, soit 6 minutes de moins que l’année précédente. Les programmateurs des chaînes de télévision ont donc de bonnes raisons de travailler, plus que jamais, sur les moyens de maintenir les téléspectateurs devant leur téléviseur.

Définition

L’expression Warm-up trouve son origine dans le domaine sportif, et évoque  la préparation physique avant une activité sportive[1]. L’expression est reprise en télévision afin de nommer les programmes télévisés précédant et suivant un autre programme. Ceux-ci sont appelés Lead-In et Lead-Out : l’expression anglaise Lead-In rappelle l’idée d’un préambule, d’une introduction ; tandis que Lead-out signifie “raccompagner quelque chose ou quelqu’un vers la sortie”. En programmation télévisuelle, ces deux techniques fonctionnent sur le maintien du public entre une émission à celle qui la suit immédiatement. Ne sont donc concernés que les programmes qui ciblent le même public. Rémy Le Champion, Maître de conférences à l’IFP – Université Panthéon-Assas, définit la programmation comme le fait de choisir en lieu et place du téléspectateur le programme qu’il est censé apprécier au moment auquel il est disposé à regarder la télévision [2].

L’intérêt d’une émission dite Warm-up ou Lead-in est d’inviter subtilement les téléspectateurs à rester sur la chaîne pour regarder le programme suivant. Par souci de cohérence, le Lead-In et le Lead-Out reprennent l’esprit du programme principal : le plus souvent ces émissions se déclinent sous forme de before et after afin de rallonger la durée d’écoute du téléspectateur autour d’un même programme. Toutes les caractéristiques sont réutilisées (présentateurs, studio, chroniqueurs, public physique, etc.), permettant ainsi d’étendre la durée d’un programme, tout en le découpant. Néanmoins, cette technique du Lead-In et Lead-Out peut également être utilisée afin d’amener le téléspectateur à regarder un programme différent mais susceptible de l’intéresser tout autant.

Ces techniques se retrouvent dans le cycle de programmation sous différentes formes : en effet, elles peuvent concerner à la fois des émissions récurrentes et hebdomadaires tout comme des événements ponctuels nationaux (par exemple, une émission spéciale autour du discours du Président de la République) ou même internationaux (comme l’Eurovision).

Exemple de l’émission Danse avec les stars

L’émission Danse avec les stars est diffusée depuis 2011 en France sur la chaîne TF1. Chaque année, la saison est diffusée entre septembre et décembre. Danse avec les stars est un concours de danses de salon en couple, composé d’un danseur professionnel et d’une célébrité. Au fur et à mesure des semaines, les duos s’affrontent sur différentes danses et chorégraphies, et l’un d’eux est éliminé.

Chaque samedi, le prime est suivi de l’émission Danse avec les stars, la suite. Ce Lead-Out est présenté par les mêmes animateurs, Camille Combal et Karine Ferri, et le cadre de l’émission est similaire à celui de l’émission principale : les danseurs, jurés et candidats sont toujours présents, ainsi que le public. Le programme s’organise autour de commentaires et de réactions des jurés sur les prestations de la soirée, des interviews légères feel good des célébrités et de leurs danseurs, ainsi que des magnétos inédits des coulisses de l’émission, avec une touche humoristique.A cela s’ajoute parfois quelques défis et jeux en plateau qui viennent ponctuer cette déclinaison de Danse Avec Les Stars. La temporalité de ce Lead-Out étant plus lente, il s’agit en effet ici de revenir plus en détail sur l’émission qui vient de se dérouler, les téléspectateurs bénéficient de remarques plus précises de la part du jury et/ou des candidats sur les prestations de l’émission principale.

Il arrive que les producteurs de l’émission Danse avec les Stars modifient la construction du programme et que le contenu de l’émission principale s’étire dans cet after. En effet, lors de la saison 2019/2020, le couple éliminé de la semaine était révélé lors de Danse Avec Les Stars, La Suite. Il arrive également que la chaîne choisisse de diffuser les dernières prestations de la compétition lors de l’after. Cette pratique permet de maintenir les téléspectateurs sur la chaîne, les contraint à regarder une nouvelle page de publicité, mais elle est surtout utilisée afin d’accroître artificiellement l’audience de l’after en réunissant à la fois les téléspectateurs du prime et ceux qui restent habituellement lors de l’after. .

Pourtant, le Lead-out est un programme dont la vocation initiale est d’être facultatif. Tout téléspectateur regardant le programme principal régulièrement n’a normalement pas besoin de regarder l’after afin d’être en mesure de comprendre le programme principal la semaine suivante. Avec une telle configuration, l’After perd alors, en quelque sortes son statut de Lead-Out.

A la vue de la chute des audiences du programme lors de la saison 10 cette année, la longueur de l’émission de plus en plus importante semble avoir, finalement, découragé les téléspectateurs.

Hortense Le Marhadour & Sixtine Würtz, étudiantes du M1 Communication Médias - CELSA